Edito de rentrée

Depuis de nombreuses années, l’Élysée et Olivier Maurin multiplient les échanges. Metteur en scène de la région, il a été plusieurs fois programmé au théâtre. Cette année, c’est une collaboration un peu spéciale que nous vous proposons, à découvrir tout au long de la saison…

Quelques mots pour commencer…

« Cette saison au Théâtre de l’Élysée sera pour moi faite de liens entre des équipes et des compagnies. Un fil qui circule entre nous tous·tes, à des moments différents de notre parcours et de nos expériences.

Je débuterai en retrouvant une jeune équipe avec laquelle j’ai créé en 2020 « Da Capo » de Raphaël Gautier. Toutes et tous étaient alors en fin de formation à l’ENSATT, et l’équipe de l’Élysée a proposé à Raphaël et sa compagnie de reprendre ce spectacle tout en l’accompagnant dans sa nouvelle création, plus tard dans la saison.
Je poursuivrai avec la comédienne Réjane Bajard qui m’a invité à réaliser un spectacle avec sa compagnie Locus Solus. Nous nous connaissons depuis longtemps avec Réjane, mais n’avons encore jamais travaillé ensemble. Pour cette première, nous cheminons avec « Tout entière », un texte que Guillaume Poix a réécrit pour nous et sous le regard de la photographe Vivian Maier (ça, c’est pour novembre).

Et nous présenterons une nouvelle création de la compagnie Ostinato : « L’Affaire Furtif » née de ma rencontre avec l’auteur Sylvain Prudhomme et de notre désir de travailler ensemble.

Puis en juin, nous reprendrons un spectacle qui nous est cher : « Illusions » de Viripaev. Créé en juin 2016 à l’Elysée, il a ensuite connu une belle vie, et nous nous étions promis avec l’équipe du théâtre que nous viendrions faire les dernières représentations de ce spectacle là où il est né. Et ce temps semble venu.

Et pour débuter, j’ai proposé que nous fassions une lecture qui rassemble un maximum de comédien·ne·s qui tisseront le fil de cette saison : ce sera « Tokyo Notes » de Oriza Hirata. »

Olivier Maurin