Romulus le grand

Friedrich Dürrenmatt // Thomas Poulard - Cie du Bonhomme
14-15 et 17-21 octobre 2016

Texte :

Friedrich Dürrenmatt

Traduction :

Claude Chenou

Mise en scène :

Thomas Poulard

Collaboration artistique :

Nicolas Fine

Jeu :

Adeline Benamara, Stephan Castang, Jean-Rémi Chaize, Sylvain Delcourt, Nicolas Giret-Famin

Scénographie :

Amandine Livet

Lumières :

Pierre Langlois

Son :

Clément-Marie Mathieu

Costumes :

Sigolène Petey

Photos:

Emile Zeizig

Avec le soutien de la DRAC Rhône-Alpes et de la région Rhône-Alpes.

L’Arche éditeur. 

 

 

Mars 476 après JC, l'empire romain d'occident vit ses derniers jours. Les caisses sont vides, l'état est en faillite. Un messager annonce l'invasion inexorable de l'Italie par les hordes barbares venus de Germanie. Romulus, le dernier empereur de Rome, vit retranché dans sa résidence d'été. Autour de lui, sa famille et ses ministres le pressent d'agir et de résister face à la débâcle annoncée. Imperturbable malgré les mauvaises nouvelles, Romulus se préoccupe de son petit-déjeuner et du rendement de son élevage de poules : « Je ne voudrais pas déranger le cours de l'histoire » Indifférence ? Défaitisme ? Et si derrière cette apparente passivité, se cachait un réel projet politique ?  Avec « Romulus le grand —Comédie historique en marge de l'histoire », finie la figure du tyran sanguinaire ou de l'homme providentiel qui galvanise les foules. Ecrite en 1948, la pièce parle de la faillite des idéologies, de la chute d'une civilisation et de la trop lourde responsabilité de l'exercice de l'Etat. Une pièce prophétique ?
WordPress Appliance - Powered by TurnKey Linux