Médée-Matériau

Heiner Müller // Julie Tarnat

texte :

Heiner Müller

mise en scène :

Julie Tarnat

traduction :

Jean Jourdheuilh et Heinz Schwarzinger

jeu :

Céline Dumas et Julie Tarnat

collaboration artistique :

Raphaël Patout

lumières :

Julien Dubuc

costumes :

Angèle Mignot

son :

Emmanuel Soccodato

régie son :

Emmanuel Soccodato ou Julia Blondeau

Nous sommes à Corinthe, dans un temps indéfini, au commencement du monde. Médée, la barbare, l’étrangère, a quitté sa patrie, la Colchide, pour suivre Jason dans le monde connu. Elle est fille d’Aétès, roi de Colchide, lui-même fils du soleil. Le roi Aétès possédait une Toison d’or fabuleuse, consacrée au dieu de la guerre, qu’il faisait garder par un dragon. Mais le héros grec Jason devait récupérer cette toison : Aétès ne la lui donnerai qu’à la condition qu’il remplisse une suite de défis impossibles à réaliser pour un humain. Médée la magicienne, séduite par Jason, grâce à l’intervention d’Héra, lui apporte son aide en échange d’une promesse de mariage. Ils réussissent ainsi à s’emparer de la toison et à s’enfuir. Pour échapper au roi son père, furieux que Jason ait réussi à gagner la toison d’or grâce à son aide, Médée a tué son frère. Arrivés à Corinthe où le roi Créon leur a accordé droit de cité, la petite-fille du Soleil donne deux enfants à Jason. Mais Jason annonce à Médée qu’il la répudie pour épouser la fille du roi Créon…    "La contribution du théâtre pour prévenir les catastrophes auxquelles travaille l'humanité est de les représenter.
H. Müller
Le triptyque Rivage à l’abandon/Médée-Matériau/Paysage avec Argonautes (1982) est une variation sur la figure ancienne de Médée et qui traite sur un mode tout à la fois tragique et comique de questions éternelles ou presque : la mort, la trahison, la violence, le colonialisme – ceci dans un style tranchant, attentif à évoquer l’explosion de l’image dans le souvenir et dans le texte.   "De ces mains-là les miennes les mains Ô combien gercées rougies usées de la barbare Je veux déchirer l'humanité en deux Et demeurer dans le vide au milieu moi Ni femme ni homme" (Médée in Médée-Matériau)
WordPress Appliance - Powered by TurnKey Linux