Justine

Sade / Judicaël Jermer - Cie Vivre comme ça c’est mourir d’amour
22 - 23 - 25 - 26 - 27 jan. à 19h30

texte :

Donatien Alphonse François de Sade

adaptation et mise en scène :

Judicaël Jermer

jeu :

Jean-Christophe Vermot-Gauchy, Maxime Roger, Jonathan Peronny, Anthony Liébault, Judicaël Jermer

 

Bukkake philosophique.

Justine, pratiquante dévouée, refuse d’offenser les lois de son Dieu. Elle a tout d’une sainte et, comme ses vénérables modèles, elle souffre le martyre. Pourquoi Seigneur? Qu’a-t-elle fait pour mériter ça? Le devoir religieux est il incompatible avec le bonheur terrestre? Elle est prise au piège dans un monde méchant, où bandits, bourgeois, religieux et hommes puissants la mettent au centre d’un bukkake philosophique. Conservera-t-elle ses principes ou les trahira-t-elle? Filles d’un riche banquier parisien, Justine et Juliette ont respectivement 14 et 15 ans quand elles se retrouvent orphelines, ruinées et à la rue. Juliette, qui est l’aînée, s’en félicite et compte bien tirer profit de sa beauté pour s’en sortir dans la vie. La dévote Justine décide quant à elle de mener une vie vertueuse et se sépare de sa sœur. Tour à tour domestique, vagabonde, prisonnière, condamnée à mort ou esclave, observant toujours que le mal est récompensé là où la vertu est écrasée, la pauvre Justine enchaîne les mésaventures avec une constance qui frise l’absurdité : un malheur arrive, elle en échappe, un espoir renaît, quand elle se rend compte qu’elle est prise dans un piège pire que le précédent. Subissant viols, tortures et mutilations, elle doit en plus supporter les discours philosophiques de ses bourreaux, sur la religion, la nature et la condition humaine. Justine est un Carnaval initiatique où Sade s’acharne sur son héroïne et en fait un personnage aussi grotesque que tragique, un personnage auquel nous nous identifions mais dont la mort même nous arrache un sourire.    
WordPress Appliance - Powered by TurnKey Linux