Je n’existe pas : diptyque

14-16 et 20-23 mars 2018

Avec :

Jean-Christophe Vermot-Gauchy

Anthony Liébault 

Romain de Lagarde

Tristan Castella

Guillaume Ponroy

Arnaud Chevalier

Le théâtre fait peur parce que c'est un rêve. Son but n'est pas de servir de miroir à notre société pour que le spectateur s'y reconnaisse avec délectation, mais plutôt d'offrir une image autre de certains mouvements de l'histoire, présente et passée, de certains destins, afin que le spectateur d'aujourd'hui y reconnaisse la parenté avec l'histoire de son temps, sa propre histoire. L'espace toujours, attendant d'être habité, hèle l'enfant que nous avons été, convoquant des forces occultes et des lieux passionnés d'un passé rempli d'histoires situées hors de nous et se confondant à nous. Y croire. L'absence rend si rare. Un homme s'avance et dit : je voudrais apprendre à vivre enfin ! Et c'est dans cet effort, dans ce risque de prendre la parole, que l'homme s'engage. Dans le cours d'une adresse irréversible. à la fois impossible et nécessaire. Expérience qui s'avance comme un essai dans la nuit en pleine lumière. A Momentary Lapse of Reason. Une instabilité poétique.  J'écris sans continuité. Par morceaux. Puis j'assemble. J'entrelace. De cet entrelacement naît quelque chose. Kekchose. Kekchose de jamais entendu ? Jamais vu ? Ni vu ni connu. Voyage sur-naturel.
Jean-Christophe Vermot-Gauchy
WordPress Appliance - Powered by TurnKey Linux