Image Les âmes rouges

Les âmes rouges

La folie nous suit

Metteur en scène : HUBERT Marielle

Dans cette histoire, il y a d’abord trois femmes qui sont de mères en filles liées par des silences sur leurs origines. Il y a une vieille femme au seuil de sa vie qui a toujours menti, il y a une veuve à qui la guerre a ôté toute raison de vivre et qui ne peut supporter de vivre face à sa mère et sa fille ...
Et enfin il y a une enfant qui porte déjà sur ses épaules tout le poids de la culpabilité de sa filiation, une enfant qui se terre dans son silence à elle pour n’avoir pas à subir celui des autres. Dans cette histoire il y a aussi une bête, un Loup triste et cynique, des prostituées affamées, des fantômes qui s’aiment à travers le temps…
Dans cette histoire, il y a des Âmes rouges qui traversent une forêt le temps d’un spectacle, et qui essayent de retrouver leur chemin dans le pesant silence qui les cerne.
?Au commencement, il y a l’envie de montrer et de mettre au centre de l’attention ce qu’on laisse habituellement sur le bord de la route. J’ai pensé très vite à cette petite fille, ce Petit Chaperon Rouge qu’on laisse dans sa forêt au bord du sentier.
Un univers « des bords du chemin » devait exister quelque part, les histoires laissées pour compte, les non-dits des familles, la violence qu’on ravale, la violence quotidienne dont les contes ne font pas état. Ces âmes rouges sommeillent en nous tous, quelque part, entre deux silences, dans nos failles, dans l’absence de résistance à jouer le rôle, à assumer la fonction que la famille nous offre en héritage.

Nous avons voulu mettre au centre du plateau tout ce qu’on ne dit pas, ce qu’on ne doit pas dire. Ce que l’Histoire a retenu, c’est un conte vidé de sa substance crue et profonde, qui parle de la vie dans ses aspects les plus organiques et directs. C’est à ces enfants devenus adultes et qui ont un jour entendu ce conte que je souhaite m’adresser. Ils ont plusieurs visages. D’abord ceux des comédiens avec lesquels je me propose d’aller rechercher ce qu’on a laissé sur le bord du chemin, dans l’obscurité inquiétante d’une forêt, et puis, ceux des spectateurs, à qui l’on se doit de raconter des histoires, des histoires vraies, rétablies, remises à la lumière de leur regard et de la scène.


Distribution :

Mise en scène : Marielle Hubert
Assistant à la mise en scène : Julien Frappa
Avec : Céleste Bruandet, Yann Ducruet, Lucile Dupla, Maud Fouassier,
Marielle Hubert, et Margot Vanderhaeghe.
Lumières : Rachel Fernandez
Son : Julien Frappa
Costumes : Maria Yalopoulos
Administration : Perrine Massonneau, Pauline Staës