Image La première ville de l

La première ville de l'histoire de l'humanité

Grime et concocte

Metteur en scène : FICHOT Florent

« Au centre de ce texte, il y a le personnage de Jennifer, femme opaque, volatile, somme vide de tous les silences. Autour d’elle,
un monde s’agite, et met tout en œuvre pour la sauver.
La sauver de quoi ? La sauver pourquoi ?
Aucun de ses preux chevaliers ne le sait exactement, mais considère simplement que prendre possession d’elle suffira à assurer son bonheur.
« La première ville de l’histoire de l’Humanité » raconte cette guerre pour la possession, une guerre qui se cache derrière une surenchère de bonnes intentions et de sentiments purs.

C’est une histoire de couple, et donc une histoire de pouvoir mais la plus grande aliénation ne vient pas des hommes, elle réside en eux, sans même qu’ils s’en aperçoivent, instruments et victimes de leur propre tyrannie.

Il y a un peu plus de 10,000 ans, les Hommes se sédentarisaient et construisaient les premières villes, autour de leur foyer. Ils matérialisaient, en élevant des murs, un carcan de domination qui n’a pas été abattu depuis. Circonscrite pendant des siècles dans une unité de lieu hermétique, Jennifer, la Femme, est la victime consentante de cette dictature domestique, surtout parce que toutes les options proposées par ses sauveurs ne sont finalement que d’autres cellules de sa même prison intime.

Mais qu’on se rassure. Car ce texte n’est pas une histoire vraie.
C’est une fable.
Et comme toutes les fables, on peut y voir le sens qui nous plait, et surtout, être persuadé que ceci n’est jamais arrivé, et n’arrivera jamais. »

Grégoire Courtois


Distribution :

texte : Grégoire Courtois
mise en scène: Florent Fichot
création costumes: Nadine Allibert
création maquillage: Coralie Paon
création lumière : Benjamin Champy
régies : Amélie Verjat

avec : Julien Boutier, Jeanne Gogny et Steeve Gonçalves