Image La Chevauchée sur le lac de Constance

La Chevauchée sur le lac de Constance

Microserf

Metteur en scène : DEFOUR Raphaël

« Il ne pleuvait pas encore, mais plus loin, on entendait déjà la pluie… » Peter Handke


Ici, il s’agira donc de composer avec la musique des corps, les voix, le silence, en direct aussi, à entendre, à saisir, comme lorsqu’on patiente devant les instruments installés dans une salle de concert, la sensation que « quelque chose » va se produire, ce frisson presque audible, en tous cas ultra-sensible.
Nous sommes en lien avec une pièce qui ressemble à un « croisement » entre plusieurs pratiques, où les codes semblent s’intervertir entre drame bourgeois, pièce « parlée », pièce « actée » presque chorégraphiée ou encore événement, happening.
C’est pourquoi cette pièce nous intéresse, en ce sens que l’on peut considérer notre travail, non comme inter ou transdisciplinaire, mais plutôt comme tentative de brouillage, de perte des repères. On ne cherche pas à affirmer la spécificité d’une discipline : par là-même, La Chevauchée nous semble correspondre à ces attentes, lignes de fuites ou rhizomes. Et c’est pour nous une manière de toucher à cette liberté, liberté des acteurs (ça commence par là) sur le plateau, liberté aussi du spectateur à l’intérieur d’un système de codes, de perceptions, d’interprétations.

« Nous ne représentons rien que nous-mêmes ».

Les personnages sont des acteurs, ils se retrouvent dans un décor comme dans un espace de la mémoire, un espace du langage et de l'inconscient où les mythes affleurent.

« Quand j’écris pour le théâtre, j’ai toujours cette vision en tête : un espace, des êtres humains, les acteurs, je pense souvent à eux, c’est un peuple. Je me demande : que veulent-ils jouer ? Ont-ils un désir ? Les acteurs sont souvent très intelligents, très tendres, en même temps enfantins, naïfs. Quand j’écris des pièces, je ne pense pas aux metteurs en scène. Je pense aux acteurs, et à moi-même, comme spectateur. Je vois cet espace vide qui est à ma disposition. J’aime beaucoup. Je voudrais le renouveler, non le retrouver, le mot est plus juste.»
Peter Handke


Distribution :

de Peter Handke

Avec : Marion Aeschlimann, Alizée Bingöllü, Gilles Chabrier, Catherine Hargreaves, Philippe Labaune, Nicole Mersey, Bastien Mignot, Nicolas Zlatoff.
Mise en scène : Raphaël Defour, Nicole Mersey
Assistant à la mise en scène : Bastien Mignot
Lumière & Son : Lucas Lelièvre


Guests stars :
Étienne Gaudillère, Mathieu Grenier, Sébastien Hoen, Kamel Hasnat, Julien Rousseau, Laurent Dratler, Quentin Michallet, François Guyon