Image 4.48 Psychose

4.48 Psychose

L’Apodictique Ensemble

Metteur en scène : MARINESE Valérie

« Écris - Pour qui ?
- Pour les morts, pour ceux que tu aimes dans un monde qui fut.
- Mais le liront-ils ? - Non ! »
Søren Kierkegaard


« Avec 4.48 Psychose il est question de dépression psychotique où les limites entre réalité et imaginaire s’effacent, où le fond et la forme ne faisant qu’un mettent tout en abîme. L’auteur est en colère, et ça gronde, ça tonne, ça explose de toutes parts.
4.48 Psychose est un hymne à la révolte… C’est la dérive d’un Hamlet urbain au féminin, le destin d’une femme, une femme de notre temps. Dans ce tourbillon, elle croise un homme, une vision, son double, un fantôme, son médecin... C’est dans ce vertige kafkaïen qu’ils mènent un combat absurde, une mise à mort pour survivre. »
Valérie Marinese


« Il est crucial d’enregistrer et de confier à la mémoire des évènements jamais vécus - afin d’éviter qu’ils se produisent. Je prendrais plutôt le risque d’une overdose au théâtre que dans la vie. »
Sarah Kane


Sarah Kane (1971/1999) figure au rang des dramaturges britanniques les plus importants du 20ème siècle. Souvent désignée comme l'étoile filante du théâtre, l'auteur nous laisse cinq pièces dérangeantes et
viscérales « Anéantis », « L'amour de Phèdre », « Purifiés », « Manque »
et « 4.48 Psychose ».


« La plupart d’entre nous sommes en guerre avec nous-mêmes, mais Sarah (Kane), elle, a rendu cela manifeste dans ses œuvres... Ne nous leurrons pas : le sujet de la plupart des pièces de théâtre est comment on peut survivre dans ce monde-là. »
Mel Kenyon


Distribution :

texte : Sarah Kane
mise en cène : Valérie Marinese
traduction : Séverine Magois
jeu : François Godart et Valérie Marinese
collaboration artistique : Geoffroy Pouchot-Rouge-Blanc
lumières : Rosemonde Arrambourg
scénographie : Benjamin Lebreton
costumes : Odrée Chaminade
mise en son : Zidane Boussouf
régie son : Louis Dulac
collaboration technique : Nicolas Henault
film coréalisé par Pierre Grange et Valérie Marinese
prise de son : Tristan Castella