Image Et ils vécurent heureux

Et ils vécurent heureux

Collectif Bis

Metteur en scène : COMTE Michael

... Et ensuite ? Que se passe-t-il quand les héros, après leurs aventures, peuvent enfin vivre heureux ? C'est ici que notre tragédie commence : à la fin d'une aventure inconnue. Une fois que ces heures qui passent à une vitesse folle, qui sont faites d'amour, de haine, d'émotions de toutes sortes se terminent. N'est-il pas plus difficile de vivre par habitude que de vivre dans nos douleurs, dans nos joies ? N'est-ce pas dans ce laps de temps où tout s'apaise que notre existence s'aggrave, se consume, lorsque dès la sonnerie du réveil notre journée redémarre, et que nous traînons nos corps vides à la première station de métro ? Que pourrait-il y avoir d'exceptionnel dans le retour à la normale ? C'est dans cette normalité en ruine qu'il faut trouver l'étrangeté, trouver ce qu'il peut y avoir d'étonnant dans le seul fait de vivre. Questionner l’absurdité ambiante, ces sentiments que sont le manque, l’angoisse, la solitude, la nostalgie. Trouver ces fragments d'existence qui témoignent au présent d'une chose passée, les entremêler, les secouer, jusqu'à ce qu'ils nous racontent une nouvelle histoire. “Il s'agirait plutôt de faire voir l'existence d'une âme en elle-même, au milieu d'une immensité qui n'est jamais inactive.“ “Le Tragique Quotidien“ Maurice Maeterlinck


Distribution :

création Collective

mise en scène : Michael Comte

jeu : Maxime Roger, Thomas Tressy, Asja Nadjar avec un choeur public composé d’élèves du Conservatoire de Lyon, de la Scène sur Saône et de l’Iris

musique : Laura Mondet, Luc Birraux

production : Collectif Bis

collectifbis.fr