Image Dead Woman Laughing

Dead Woman Laughing

Les 7 Sœurs

Metteur en scène : HARGREAVES Catherine

"Pour une naissance, deux personnes rentrent dans une pièce et trois en ressortent. Pour une mort, une personne rentre et personne n'en ressort. J'aime l'absurde métaphysique que cette blague prodigieuse de Martin Amis tire de l'événement de la mort, l'impression que la mort n'en est justement pas un, qu'elle n'arrive jamais - que c'est, en fait le contraire d'un happening. Pour certains philosophes, cette blague est sérieuse. Pour eux, la seule option que nous avons face à la mort (ou plutôt devant cette absurdité qui est l'absence de la mort) est le rire. Il ne s'agit pas du rire gras et sans humour de l'athéiste triomphant qui arrive à vaincre ce qu'il appelle la mort et la peur qu'il en a. Non: c'est plus troublant que cela. C'est un rire qui vient d'une prise de conscience impuissante et désespérée que la mort ne peut être ni vaincue, ni défiée, ni observée ou même approchée parce qu'elle n'est pas là; ce n'est qu'un mot, qui ne signifie rien. C'est un rire vraiment drôle, du genre "rire à en pleurer". Il y a "plein d'espoir, une quantité infinie d'espoir - mais pas pour nous!" Voilà une autre blague prodigieuse racontée par Franz Kafka, une vanne balancée dans le vide. Quand j'ai mis une partie des restes incinérés de mon père dans un Tupperware et que j'ai mis cette boîte sur mon bureau, j'ai eu envie de raconter cette blague."
Zadie Smith, Changing my mind (Dead Man Laughing)

Dead Woman Laughing s'inspire de l'oeuvre complète de Zadie Smith (et plus particulièrement Changing my mind, recueil d'essais non traduit) et de l'oeuvre complète de David Foster Wallace (et plus particulièrement Brefs entretiens avec des hommes hideux, édition Au diable Vauvert).


Distribution :

mise en scène: Catherine Hargreaves
jeu: François Herpeux et Catherine Hargreaves
scénographie: Benjamin Lebreton assisté de Jordi Gali assisté de Mathieu Besnier
lumière: Julien Dubuc
son: Louis Dulac