Image Variation sur le modèle de Kraepelin ou le champs sémantique du lapin en sauce

Variation sur le modèle de Kraepelin ou le champs sémantique du lapin en sauce

AnteprimA

Metteur en scène : AMIRANTE Antonella

La mémoire n’est pas fiable, les réminiscences sont des interprétations, mais valentelles moins que la réalité ? Sommes-nous la somme de nos actes ou de nos souvenirs, dans la vie comme face à la mort ? Notre existence est-elle une suite de faits ou bien celle qu’on décide de voir et de raconter ? Trois hommes. Un père, son fils, et un médecin. Le père, atteint d’une maladie dégénérative de la mémoire, est pris en charge par son fils. Le médecin, homonyme du célèbre psychiatre allemand Emil Kraepelin, prodigue au fils des pratiques thérapeutiques pour aider son père à renouer avec ses souvenirs. La petite histoire personnelle ouvre ici une fenêtre sur la grande Histoire, questionnant l’identité de notre Europe. C’est une pièce à la fois triste et pleine d’humour, noire et pleine d’espoir, soucieuse d’interroger et de douter plutôt que d’affirmer et de croire, soucieuse de faire réfléchir et rêver. “Je ne me souviens de rien, mais si tu veux je peux te raconter une chose que j'ai oubliée.”


Distribution :

texte de Davide Carnevali traduit de l’italien par Caroline Michel mise en scène : Antonella Amirante avec Henri Edouard Osinski, Jean-Christophe Vermot-Gauchy, Anne Ferret lumière : Julien Dubuc vidéo et son : Nicolas Maisse Michelle Gouin scénographie Administration : Frédérique Yaghaian compagnie AnteprimA